accessoires automobiles

SE PRENDRE UN PV A L'ETRANGER

pv-etranger.jpg

Vous êtes parti en vacances ou en déplacement hors de la France. Vous avez été flashé et vous vous demandez si vous allez recevoir une contravention.

En cas d’infraction routière, l’amende est bien souvent exigible immédiatement. Il est donc conseillé de disposer d’espèces en quantité suffisante pour pouvoir payer, le cas échéant, les amendes. Faute de paiement immédiat, le véhicule peut être immobilisé.

Dans certains cas, le permis peut faire l’objet d’une rétention et d’une suspension. En cas de suspension, votre permis sera alors expédié soit à la préfecture ayant émis votre permis, soit directement à votre domicile par envoi recommandé. Pour certaines infractions, la mise en fourrière est quasi-systématique.

Vous pouvez aussi recevoir une contravention chez vous, quel que soit le lieu de l'infraction. Les poursuites s'opéreront grâce à la mise en place d'un réseau électronique d'échange d'informations qui permettra d'identifier le titulaire du certificat d'immatriculation.

Si, par exemple, un Français est arrêté en Espagne pour conduite en état d'ivresse, la procédure sera la suivante : l'autorité locale envoie en France le numéro d'immatriculation et les informations concernant la date et le lieu de l'infraction. Elle obtient le nom, l'adresse, la date et le lieu de naissance du propriétaire du véhicule ainsi que la marque et le modèle de la voiture. Un avis de contravention est ensuite adressé au contrevenant dans la langue de son pays de résidence.

 

source Autocadre

LA PLUS BELLE VOITURE DE L'ANNEE

 

LA PLUS BELLE VOITURE DE L'ANNEE

 

plus-belle-voiture-annee-bmw.jpg


Comme je vous l’annonçais le 11 janvier dernier, vous pouviez voter pour la plus belle voiture de l’année. Les votes ont été fermés le 19 janvier et la voiture enfin dévoilée avec une journée de retard à cause de bugs informatiques.

Les impatients ont attendu une journée supplémentaire, mais, passé ce contretemps, on découvre quelle voiture a conquis le cœur des internautes. La grande gagnante est la BMW série 3. Vous avez été 26 % à voter pour la marque allemande.

Le podium est complété par une petite française la Peugeot 208, qui a récolté 20 % des votes, suivi de très près par la Chevrolet Camaro, 18 % des votes, et enfin la Hyundai Veloster 2+1 avec 14 % des votes. L’élection s’est faite dans plus de 47 pays, en 6 langues et près de 100 000 votants y ont participé.

 

plus-belle-voiture-annee-bmw-1.jpg plus-belle-voiture-annee-bmw-3.jpg plus-belle-voiture-annee-bmw-4-1.jpg

 

 
Si dans cette élection le seul critère était la beauté, d’autres élections avaient lieu également, comme le plus bel intérieur, remporté par la Mini coupé ou encore la palme d’or décernée à Sébastien Loeb. Pour le reste des élections, vous pouvez toujours vous rendre sur le site du Festival Automobile International.

 

Toutes les plus belles voitures sont chez ECOMA ou ECOMA recherche pour vous la voiture de vos rêves

EVITER LE MAL DE DOS

Conduite: éviter le mal de dos

Par N. Szapiro, avec le Dr J. Labescat, médecin et ostéopathe, et F. Glock, ostéopathe le 26/01/12
Conduite: éviter le mal de dos
Le mal de dos apparaît souvent en cas de mauvaise posture. Voici quelques conseils pour adopter les bonnes positions lorsque l'on conduit.
Remplir son coffre, se mettre au volant ou tout simplement conduire... on ne connait pas toujours les bonnes habitudes à prendre pour ne pas forcer sur son dos. Nos conseils en cinq points. 


Pour charger mon coffre, je place une jambe devant l’autre et je fléchis les deux genoux pour attraper mes bagages. Puis je les ramène à deux mains près de ma poitrine pour charger, toujours en position de fente avant, les fesses serrées pour bloquer le bassin.

Pour m’installer au volant, je m’assieds en posant les mains en appui sur les cuisses. Je rentre simultanément les deux jambes et je pivote avant de me tourner face au volant.

Pour conduire, je règle mon siège de façon à avoir les cuisses horizontales, les bras et les genoux légèrement pliés, le haut du dos calé contre le siège, reins éventuellement maintenus par une ceinture lombaire ou un petit coussin. Attention aux talons trop hauts ! Ils accentuent la cambrure du dos et favorisent le relâchement des muscles abdominaux. Je règle mes rétroviseurs et fais régulièrement vérifier l’éclairage et les essuie-glaces afin d’éviter d’avoir à me contorsionner en cas de mauvaise visibilité.

Sur la route, je retire mon bras du rebord de la fenêtre. Cette position asymétrique favorise la mise sous tension de la colonne. En cas de long trajet, je m’arrête pour marcher et bien m’étirer.


Pour quitter la voiture, je prends le temps de reculer mon siège au maximum afin de pouvoir pivoter d’un seul bloc avant de poser les deux pieds à terre. Je m’extrais en m’aidant des mains et je m’étire avant de vider mon coffre. Le dos n’aime pas qu’on le presse !
Source Notre Temps
Il est tout aussi important de choisir un véhicule bien adapté et bien conçu pour la conduite : le poste de conduite, l'assise, l'accessibilité, la visibilité. Vous trouverez tout un choix de véhicules chez ECOMA en neuf et en occasion.

LES PIEGES DU GPS

Apprenez à déjouer les pièges


de votre GPS!

 

Par Jean Savary le 19/04/11
Apprenez à déjouer les pièges de votre GPS!

Le GPS n'est pas toujours le meilleur ami de l'automobiliste. Pour éviter itinéraire fantaisiste et temps perdu, mieux vaut ne pas tout miser sur lui et lui imposer son itinéraire. Ce qui implique de se munir d'une carte routière !

Utiliser une carte routière pour programmer un trajet sur GPS, l'idée peut paraître saugrenue. L'appareil n'est-il pas censé permettre de s'en passer ? Oui, pour aller de Lille à Paris par l'autoroute puis du Louvre à Bercy par les quais de Seine. Mais pas toujours quand le trajet est un peu plus compliqué. En effet, la logique d'un GPS est très différente de la logique humaine. Mieux vaut parfois l'utiliser comme un simple copilote que lui déléguer la conception de l'itinéraire.



• Peu d'informations sur les conditions de circulation

En ville, pour relier deux points opposés d'une grande agglomération, un GPS paramétré sur trajet le plus rapide (et non le plus court) préfère le plus souvent une traversée en ligne droite de dix kilomètres à l'emprunt d'une rocade ou périphérique sur quinze kilomètres. Pourtant, en évitant feux et bouchons, la deuxième option est généralement plus économique en temps comme en carburant.

Certes, les GPS pourvus de la fonction information trafic (TMC) savent éviter un centre ville encombré. Mais ils ne sont informés des conditions de circulation que dans les très grandes villes et, en rase campagne, que sur les grands axes. Surtout, ils peuvent constater un encombrement mais ne peuvent le prédire. À la différence d'un conducteur qui sait qu'un boulevard fluide à 7 h 30 sera saturé passé 8 h puis de nouveau dégagé vers 9 h...



• Un GPS n'a pas d'expérience

Sur la route, ce manque de discernement se double de l'incapacité d'évaluer les difficultés de la conduite et par conséquent, une vitesse moyenne. Par exemple, même en conservant le critère itinéraire le plus rapide, un GPS préfère un trajet de 50 km de départementales, parsemé de virages et entrecoupé de traversées de villages, à 65 km de nationale avec rocades contournant les villes. Les deux itinéraires étant limités à 90 km/h, il juge le premier plus rapide car plus court. Dans les faits, la vitesse moyenne sera bien plus élevée sur le second itinéraire. Cette logique qui ignore la réalité du terrain peut conduire à des trajets aberrants et transformer en épreuve un voyage d'agrément.

Le cas typique du trajet aberrant imposé par un GPS se rencontre en programmant, au sud de la Loire, un voyage de l'Est vers l'Ouest -ou l'inverse- , soit perpendiculairement aux grands axes qui relient Paris. Par exemple, un voyage de Creuse en Ardèche ou des Landes en Lozère. D'un rapide coup d'oeil sur une carte,  il apparaît de manière évidente que le trajet le plus sûr et le plus rapide s'éloigne beaucoup de la ligne droite. Pourtant, le GPS, en l'absence d'autoroute ou de voie rapide, recherche le trajet le plus direct possible, quitte à  faire emprunter de minuscules départementales "à vaches", grimper et dévaler des montagnes par des routes à épingles et même franchir des cols... fermés à la circulation en hiver! Hormis l'intérêt touristique, on préfère souvent un parcours de 6 plutôt que de 8 heures ! Sans parler de la fatigue liée à ce type d'itinéraire, de la sécurité (le risque d'accident est bien plus élevé sur départementale que sur nationale), ni de l'angoisse de la panne sèche à cause de la raréfaction des stations-services sur les petites routes.



•Baliser son itinéraire sur le GPS

La solution consiste à définir son trajet idéal sur une carte et à imposer des étapes au GPS pour l'empêcher de tirer au plus court. 

- L'idéal est d'utiliser une carte papier régionale au 1/200 000 ou à défaut, une carte de France au 1/1 000 000. Mieux vaut éviter les cartes sur ordinateur : celles-ci imposent de choisir entre la vue d'ensemble et les détails. On se perd à chaque changement d'échelle. Les sites de planification de trajet comme Viamichelin donnent le kilométrage et le coût du voyage, mais sous estiment la durée et les difficultés des routes.

- S'assurer que l'appareil est bien règlé sur le mode trajet le plus rapide et non le plus court. Ensuite, vérifier que la fonction éviter les axes à péage n'est pas cochée, au risque de se voir imposer un fastidieux détour pour éviter la moindre portion d'autoroute. 

- Définir sur la carte les étapes que l'on souhaite imposer au GPS, en choisissant uniquement celles où l'on bifurquera : trois étapes pour un trajet en W, deux pour un trajet en N, une seule pour un trajet en L. Si une portion choisie décrit une courbe, mieux vaut imposer une étape dans le creux de celle-ci pour éviter que l'appareil cherche un raccourci à travers la montagne. Attention également, si l'appareil propose une bifurcation vers une route secondaire.

- Programmer ces étapes dans le GPS. L'astuce consiste à les programmer séparément, comme des destinations indépendantes et non comme des étapes d'un trajet unique. En effet, choisir une étape impose d'y trouver une adresse ,ce qui impose d'y faire un détour au lieu de la contourner. En programmant des destinations successives, il suffit, à l'approche de l'une, d'annuler le guidage, puis de demander la suivante pour que l'enchaînement se fasse sans perte de temps.

- Une fois l'itinéraire programmé, mieux vaut ranger la carte routière dans la boîte à gants plutôt que dans un tiroir...

74% DES FRANCAIS PRETS POUR INTERNET

74% des automobilistes prêts à acheter leurs pneus sur Internet

Economie /  Pneumatiques - 14/04/2011

Selon une étude réalisée par Benchmark Group pour Delticom, le marché du pneumatique sur Internet séduit de plus en plus de Français.

74% des automobilistes français en charge de l'entretien de leur voiture seraient prêts à acheter des pneus sur Internet. C'est l'enseignement majeur de l'étude présentée ce matin par Delticom,  la maison mère du site 123pneus.fr. Nota : site partenaire qui offre en plus un cash back, voir l'onglet ACCESSOIRES AUTOS

 

Dans le détail des résultats, 87% des hommes de moins de 45 ans envisagent de passer par le Web pour acheter leurs pneus et, chiffre étonnant, 71% des hommes de plus de 65 ans aussi.

 

Cette étude a été réalisée par l'institut Benchmark Group pour Delticom. Elle a été menée au mois de mars auprès de 1 050 français propriétaires d'un véhicule particulier et responsables des décisions concernant son entretien.

 

L'appel du prix

Dans le détail des motivations citées spontanément par les internautes se disant prêts à passer le cap de l'achat de pneus sur le Web, c'est sans surprise le rabais qui arrive en tête et quel que soit le profil des personnes interrogées.

 

Ainsi, 93% des répondants donnent le prix comme motivation numéro 1 de leur intention d'achat. En effet, les enveloppes vendues sur la Toile valent jusqu'à 25% moins cher qu'en boutique physique.

 

Au deuxième rang des raisons invoquées (59%) vient la possibilité de faire livrer ses pneus chez un garage partenaire de montage des sites. 71% du panel choisirait d'ailleurs cette option aujourd'hui (contre 69% en 2010). Le nombre de références disponibles sur le Net vient comme le troisième critère d'achat.

 

Benchmark Group a également tenté de savoir dans quelle mesure les automobilistes français changent d'enveloppes selon les saisons. Résultat : 27% seulement déclarent utiliser des pneus hiver en hiver, avec des différences notables selon les régions de résidence. Ainsi, le ratio tombe à 9% pour les parisiens et grimpe à 30% pour les provinciaux.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site