importateur auto

UNE LEXUS BROYEE PAR LA POLICE

Une Lexus broyée par la police californienne


   Agrandir l'image Fait insolite, un jeune homme a été interpellé alors qu’il participait à des courses dangereuses à bord d’une Lexus IS-F rouge.
On aurait pu s’attendre à un retrait de permis ou à une amende, cependant la police Californienne ne s’en est pas contentée…
Après la saisie du véhicule, les policiers l’ont tout simplement broyé…


Les Américains sont réputés pour aimer le spectacle, des courses poursuites filmées en passant par les arrestations musclées suivies depuis l’hélicoptère, voici aujourd'hui la machine à broyer pour lutter contre les chauffards.




BAISSE DES PRIX CHEZ TOTAL ?

Carburant : Total va-t-il baisser les prix dans ses stations-services?

Carburant : Total va-t-il baisser les prix dans ses stations-services?
Total va se lancer dans le low cost. En appliquant une formule à bas prix à 500 de ses stations-services, le groupe pétrolier compte attirer les clients des supermarchés. Le prix des carburants va-t-il baisser pour autant ?

Total relance la guerre des prix du carburant. Le groupe pétrolier français annonce la transformation en stations à bas prix de 500 de ses 4 000 et quelques stations-services Total et Elf. La marque Elf va disparaitre au profit de la nouvelle appellation "Total Access". 

Ce projet vise à reprendre aux grandes surfaces les clients perdus. Entre 2002 et 2009, les ventes aux particuliers (hors entreprises) auraient chuté de 40 % au profit de la grande distribution. 

Total affirme que le projet ne consiste pas à créer des points de vente sans employé. Le groupe exploite pourtant des stations automates sur une partie de son réseau Elf. Aussi, ce projet ne concerne pas les stations d'autoroute.



• Un alignement des prix, pas une baisse

Les tarifs de ces nouvelles stations low cost devraient se rapprocher de ceux de la grande distribution. Mais vont-elles y parvenir ? Pour Leclerc, Carrefour et consorts, le carburant est un produit d'appel et les marges peuvent être contenues, voire quasi nulles. L'essence n'est qu'une manière d'attirer le client et bien des stations ne survivent que grâce à leurs rayons de produits alimentaires…

En outre, les stations de supermarchés et celles d'Elf et Esso se livrent déjà une telle concurrence qu'en France, les tarifs hors taxes sont les plus bas d'Europe. Si l'exploitation et le raffinage du pétrole peuvent être très lucratifs, comme en témoigne le bénéfice de Total, la distribution est rarement lucrative.



• Les stations-service indépendantes menacées

Le bénéfice pour le consommateur devrait être minime et les petites stations indépendantes risquent de faire les frais de cette nouvelle concurrence. Souvent adossés à des petits garages, ces commerces de carburants ne pourront pas aligner leurs prix. 

En 1980, la France comptait 41 500 stations dont 1500 de super et hypermarchés. En 2010, elles n'étaient plus que 12 050 dont 4 900 appartenant à la grande distribution et moins de 1400 à des indépendants. Pour les habitants des zones rurales confrontés à la disparition des services publics et des commerces, cette nouvelle guerre des prix risque de laisser un goût amer.

ATTENTION AUX PLAQUES

Usurpation de plaque d’immatriculation :

de plus en plus de français se retrouvent dans cette situation.

 

Agrandir l'image En rentrant de vacances, après un séjour à Djerba en Tunisie, Alain et son épouse ont eu une bonne surprise en récupérant leur courrier.


Il découvre que le véhicule de sa femme a été flashé sur l’A6, entre Paris et Lyon à 131 km/h au lieu des 130 autorisés. Chose impossible selon eux, car, le jour où la voiture a été flashé, le mardi 26 juillet à 17h33, le couple était en vacances à l’étranger. Le véhicule dormait paisiblement dans leur garage et les clés avaient été soigneusement rangées dans un coffre.

De plus, selon Alain, il est impossible que ce soit son véhicule en effet, « la Saxo a du mal à monter à plus de 100 km/h… »


Il semble qu’Alain ait été victime d’une usurpation de plaque d’immatriculation. Un phénomène qui prend de l’ampleur face au nombre croissant de personnes roulant sans permis.




ETHYLOTEST EMBARQUE

Ethylotest embarqué : une peine complémentaire


Découlant de la loi LOPPSI II, relative à la performance de la sécurité intérieure, les modalités de mise en œuvre de l'interdiction de conduire un véhicule ne comportant pas un dispositif d'antidémarrage par éthylotest électronique sont entrées en vigueur le 8 septembre.


 
Etablis dans le cadre de la loi LOPPSI II, d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (14 mars 2011), les articles 71 et 72 ont renforcé la lutte contre la conduite sous l'emprise de l'alcool. Le décret d’application (n° 2011-1048 du 5 septembre 2011) publié le 8 septembre précise les modalités pratiques de mise en œuvre de l'interdiction de conduire un véhicule qui ne serait pas équipé de dispositif d'antidémarrage par éthylotest électronique. Cette obligation est une peine complémentaire à l'encontre des auteurs des délits de conduite en état alcoolique ou en état d'ivresse et des délits d'homicide ou de blessures involontaires liés.

Un tel dispositif oblige le conducteur à utiliser l'éthylotest électronique avant de pouvoir démarrer son véhicule. Le démarrage ne peut avoir lieu si l'éthylotest met en évidence un état alcoolique.

Permis de substitution 
Le décret précise que le contrevenant se verra remettre un certificat à la place de son permis de conduire, a présenté à chaque contrôle routier.
Le certificat devra être présenté en cas de contrôle. Si, à la suite de nouvelles infractions, le conducteur perd la totalité des points de son permis, il devra restituer ce certificat. 
Le décret créé, en outre, une contravention punie d'une amende de 1 500 euros et de plusieurs peines complémentaires, comme la confiscation du véhicule, à l'encontre des personnes qui utiliseraient de façon frauduleuse le dispositif afin de démarrer le véhicule malgré un état alcoolique. Ces peines s'appliqueront également aux complices de cette infraction, par exemple au passager qui n’aurait pas bu d’alcool, qui utiliserait l'éthylotest à la place du conducteur.
 
Depuis 2010, de tels dispositifs sont obligatoires dans tous les autocars neufs assurant le transport d'enfants uniquement. Le hic, aujourd’hui, rares sont les véhicules particuliers a en être équipés (Alcoguard Volvo seulement Suède) tout comme ceux qui sont en phase de test ( AlcoKey Saab, Alcotest Nissan…).

GRANDE ENQUETE NATIONALE

  • Par ecoma
  • Le 01/09/2011

 

 

 

 

 

Je vous propose de participer à un Grand Recensement dont voici la teneur :

 

ECOMA a publié de nombreux articles sur les mesures prises dernièrement sur les Radars en France ; dans un de ses commentaires, j'ai fait allusion à la disparité des indications de vitesse par nos chers compteurs kilométriques.

 

Je vous invite donc à me faire savoir la différence réelle entre votre compteur kilométrique et la vitesse réelle (affichée par votre GPS) à 50, 90 et 130 km/h.

Pensez à donner la marque, le modèle et l'année de votre véhicule.

Fort d'un maximum de renseignements, je vais constituer un récapitulatif des données et les publier sur le site ECOMA et donner le lien sur facebook.

En donnant cette connaissance à un maximum d'automobilistes, nous allons aider à mieux connaître nos véhicules et aussi éviter les pièges du radar ou des jumelles.

Interrogez tous vos amis et relations : il faut être le plus grand nombre possible.

Envoyez ces renseignements sur ecoma@hotmail.fr

A vos stylos, je vous attends ...

 






CONSEILS POUR ECONOMISER



Entretien auto : les trucs pour consommer moins



Entretien auto : les trucs pour consommer moins


Beaucoup de voitures consomment plus qu'elles ne devraient. Voici cinq interventions simples qui permettent d'y remédier.


1/ Changer le filtre à air

La cause de surconsommation la plus répandue est l'encrassement du filtre à air. Le moteur respire moins bien, la combustion est imparfaite et le moteur s'encrasse. En usage purement urbain, il faut le remplacer entre deux révisions et au plus tard tous les 15 000 km. Entre un filtre à air normalement encrassé et un neuf, la différence de consommation peut atteindre 0,3 litres aux cent.

2/ Opter pour des pneus "économie d'énergie"

En offrant une moindre résistance au roulement, ils font baisser la consommation de 0,2 à 0,3 l/100 km. Leur léger surcoût est vite amorti, d'autant qu'ils sont réputés durer plus longtemps.


• Décrasser, gonfler, vidanger

3/ Décrasser son moteur


Un diesel qui n'effectue que de petits trajets à froid (moins de 5 km pour un petit moteur, moins de 7 pour un gros), s'encrasse. Les pièces touchées sont les injecteurs, mais aussi le catalyseur et le filtre à particules qui n'atteignent jamais leur température d'auto-nettoyage. Ils se colmatent peu à peu et font ainsi augmenter la consommation. Ils déclenchent à terme l'allumage des voyants d'alerte moteur. Seul remède : effectuer deux fois par mois un parcours d'au moins une demi-heure, idéalement sur route, avec quelques accélérations jusqu'à 3000 ou 3 500 tr/mn.



4/ Gonfler ses pneus


Des pneus sous gonflés de 0,5 bar "coûtent" 2 à 3% de carburant et s'usent bien plus vite, sans parler de la sécurité. Comme il est rare de pouvoir gonfler ses pneus à froid (moins de 3 km à 90km/h), il suffit de majorer de 0,3 bar la pression conseillée.



5/ Choisir une huile plus fluide


Lors de la vidange, demander une huile 100% synthétique de la plus grande fluidité possible : par exemple, 5W40 au lieu de 10W40 dans la limite de la préconisation du constructeur. Cela permet de moins consommer à froid.



• Les faux trucs pour consommer moins

Attention aux mauvais conseils ou aux idées reçues concernant la consommation de la voiture :

- Les "économiseurs" censés ioniser ou magnétiser le gazole ou l'essence n'ont aucune efficacité.

- Surgonfler ses pneus à la pression "autoroute" ou charge maxi pour un break ne fait, en usage urbain et routier, que dégrader le confort.

- Les boîtiers électroniques agissant sur l'injection et l'allumage peuvent améliorer les performances (au risque de casser le moteur et de perdre la garantie) mais pas réduire la consommation. 

- Les additifs pour carburant : en décrassant le moteur, ils peuvent temporairement diminuer la consommation mais n'empêchent pas le ré-encrassement dû à l'accumulation des petits trajets à froid. Leur usage répété est déconseillé.

- Les additifs pour huile. Leur efficacité est très limitée. En modifiant la viscosité du lubrifiant, ils peuvent abîmer le moteur.

- Nettoyer ses bougies. Une hérésie sur un moteur moderne : cela risque de les abîmer. Les bougies s'autonettoient quand le moteur atteint sa température normale de fonctionnement.





Conduire autrement pour consommer moins



Conduire autrement pour consommer moins

Il est possible de diminuer sa consommation de 20 à 30 % en changeant quelques habitudes de conduite. Voici six astuces à appliquer avant de prendre la route et cinq vieilles recettes qui n'ont plus cours.

1/ Regrouper les petits parcours. Un moteur froid, pendant les  trois premiers kilomètres, consomme 30 à 50% de plus qu'à chaud. Du coup, regrouper cinq courses ou déplacements plutôt que de les effectuer cinq jours différents permet de passer de 9 litres à 5 ou 6 litres au cent. Sans compter que cela permet généralement de réduire le kilométrage parcouru.

2/ Réduire sa vitesse. Sur autoroute, rouler à 140 "compteur" plutôt qu'à 130 km/h coûte 0,3 à 0,5 l de plus aux 100 kms avec un diesel. Sans compter le risque d'être verbalisé. Et choisir de rouler à 110 plutôt qu'à 130 permet d'économiser de 0,5 à 0,8 l.

3/ Jouer de la boîte de vitesse. Plus le moteur tourne vite, plus il consomme. Il est conseillé de passer les rapports le plus tôt possible, à 2000 tr/mn avec un diesel (2 500 tr/mn avec un moteur essence). Mieux vaut également changer de rapport aussi souvent que nécessaire pour maintenir le moteur sous ces régimes.



• Épargner les freins pour économiser du carburant

4/ Anticiper les ralentissements. Freiner le moins possible et rouler "sur l'élan" est la règle n°1. A la décélération, tout moteur moderne (essence ou diesel) coupe l'injection et ne consomme que de l'air. Cela se vérifie en réglant sur "consommation instantanée" l'ordinateur de bord qui indique alors 0 l/100. Au lieu de freiner au dernier moment, lever systématiquement le pied bien en amont des réductions de vitesse, économise du carburant et les plaquettes de frein. Sur parcours tourmenté, en utilisant moins les freins, on peut conduire 20 à 30% du temps le pied levé de l'accélérateur. Et consommer 20 à 30 % de moins.

5/ Friser le sous-régime. En montée, si la voiture est capable de maintenir son allure, inutile de rétrograder. À la différence d'un carburateur, un système d'injection n'envoie au moteur que la quantité de carburant que celui-ci peut brûler. Il n'y a donc plus de risque de "lessiver" les cylindres. Attention tout de même à ne pas faire vibrer le moteur et à se retrouver à moins de 1200 tr/mn sur le dernier rapport.

6/ Utiliser la climatisation avec parcimonie. En usage urbain, l'usage de la climatisation augmente la consommation de 15 à 30%. Mieux vaut baisser les vitres. Sur route, la climatisation ne consomme que 3 à 4% de carburant en plus. Cela ne revient pas plus cher que d'abaisser légèrement deux vitres avant.



• Les fausses bonnes idées

1/ Rouler à 80 km/h plutôt qu'à 90 km/h. Cela empêche souvent d'utiliser le dernier rapport de la boîte de vitesse et du coup, fait parfois consommer davantage. Attention, sur certaines voitures à boîte 6 vitesses, le dernier rapport ne peut être utilisé à moins de 90 ou 100 km/h au risque de rouler en sous régime....

2/ Se mettre au point mort en descente. Dangereux et inutile. Le moteur ne consomme rien à la décélération mais près d'un litre à l'heure au ralenti. Sans parler du risque de surchauffe des freins.

3/ Ne jamais accélérer fort. C'est ce que l'on enseigne désormais en auto-école, mais qu'il ne faut pas appliquer systématiquement. Une franche accélération ne coûte pas grand chose en carburant à condition qu'elle ne soit pas rapidement suivie d'un freinage. De temps à autres, une accélération vigoureuse (aux deux tiers du régime maxi) décrasse le système de dépollution de la voiture (vanne EGR et catalyseur) au bénéfice de la consommation… et de l'environnement.



Conduire autrement pour consommer moins

• Inutile de faire chauffer son moteur 

4/ Arrêter son moteur au feu rouge. C'est ce que font automatiquement les nouveaux systèmes "Stop and start", de plus en plus répandus. Ils permettent de belles économies car au ralenti, un moteur consomme de 0,5 à 1 litre à l'heure et une voiture circulant en ville est à l'arrêt entre 20 à 40% de son trajet. Mais sur une voiture classique, le démarreur et la batterie ne sont pas prévus pour ces redémarrages répétés. Pour moins de 30 secondes, mieux vaut laisser le moteur tourner.

5/ Faire chauffer son moteur. Au ralenti, la mécanique chauffe très lentement, consomme beaucoup (moteur froid) et pollue énormément, car le catalyseur n'a pas atteint sa température de fonctionnement. Les moteurs et les huiles modernes n'ont pas besoin de ce temps de chauffe. On peut considérer que le moteur est à bonne température quand l'aiguille de température d'eau a décollé du bas du cadran.

source NOTRE TEMPS

POUR CONSOMMER MOINS

Conduire autrement pour consommer moins

 

Conduire autrement pour consommer moins
Il est possible de diminuer sa consommation de 20 à 30 % en changeant quelques habitudes de conduite. Voici six astuces à appliquer avant de prendre la route et cinq vieilles recettes qui n'ont plus cours.

1/ Regrouper les petits parcours. Un moteur froid, pendant les  trois premiers kilomètres, consomme 30 à 50% de plus qu'à chaud. Du coup, regrouper cinq courses ou déplacements plutôt que de les effectuer cinq jours différents permet de passer de 9 litres à 5 ou 6 litres au cent. Sans compter que cela permet généralement de réduire le kilométrage parcouru.

2/ Réduire sa vitesse. Sur autoroute, rouler à 140 "compteur" plutôt qu'à 130 km/h coûte 0,3 à 0,5 l de plus aux 100 kms avec un diesel. Sans compter le risque d'être verbalisé. Et choisir de rouler à 110 plutôt qu'à 130 permet d'économiser de 0,5 à 0,8 l.

3/ Jouer de la boîte de vitesse. Plus le moteur tourne vite, plus il consomme. Il est conseillé de passer les rapports le plus tôt possible, à 2000 tr/mn avec un diesel (2 500 tr/mn avec un moteur essence). Mieux vaut également changer de rapport aussi souvent que nécessaire pour maintenir le moteur sous ces régimes.



• Épargner les freins pour économiser du carburant

 

4/ Anticiper les ralentissements. Freiner le moins possible et rouler "sur l'élan" est la règle n°1. A la décélération, tout moteur moderne (essence ou diesel) coupe l'injection et ne consomme que de l'air. Cela se vérifie en réglant sur "consommation instantanée" l'ordinateur de bord qui indique alors 0 l/100. Au lieu de freiner au dernier moment, lever systématiquement le pied bien en amont des réductions de vitesse, économise du carburant et les plaquettes de frein. Sur parcours tourmenté, en utilisant moins les freins, on peut conduire 20 à 30% du temps le pied levé de l'accélérateur. Et consommer 20 à 30 % de moins. 5/ Friser le sous-régime. En montée, si la voiture est capable de maintenir son allure, inutile de rétrograder. À la différence d'un carburateur, un système d'injection n'envoie au moteur que la quantité de carburant que celui-ci peut brûler. Il n'y a donc plus de risque de "lessiver" les cylindres. Attention tout de même à ne pas faire vibrer le moteur et à se retrouver à moins de 1200 tr/mn sur le dernier rapport. 6/ Utiliser la climatisation avec parcimonie. En usage urbain, l'usage de la climatisation augmente la consommation de 15 à 30%. Mieux vaut baisser les vitres. Sur route, la climatisation ne consomme que 3 à 4% de carburant en plus. Cela ne revient pas plus cher que d'abaisser légèrement deux vitres avant.


• Les fausses bonnes idées

1/ Rouler à 80 km/h plutôt qu'à 90 km/h. Cela empêche souvent d'utiliser le dernier rapport de la boîte de vitesse et du coup, fait parfois consommer davantage. Attention, sur certaines voitures à boîte 6 vitesses, le dernier rapport ne peut être utilisé à moins de 90 ou 100 km/h au risque de rouler en sous régime....

2/ Se mettre au point mort en descente. Dangereux et inutile. Le moteur ne consomme rien à la décélération mais près d'un litre à l'heure au ralenti. Sans parler du risque de surchauffe des freins.

3/ Ne jamais accélérer fort. C'est ce que l'on enseigne désormais en auto-école, mais qu'il ne faut pas appliquer systématiquement. Une franche accélération ne coûte pas grand chose en carburant à condition qu'elle ne soit pas rapidement suivie d'un freinage. De temps à autres, une accélération vigoureuse (aux deux tiers du régime maxi) décrasse le système de dépollution de la voiture (vanne EGR et catalyseur) au bénéfice de la consommation… et de l'environnement.

 




• Inutile de faire chauffer son moteur 

4/ Arrêter son moteur au feu rouge. C'est ce que font automatiquement les nouveaux systèmes "Stop and start", de plus en plus répandus. Ils permettent de belles économies car au ralenti, un moteur consomme de 0,5 à 1 litre à l'heure et une voiture circulant en ville est à l'arrêt entre 20 à 40% de son trajet. Mais sur une voiture classique, le démarreur et la batterie ne sont pas prévus pour ces redémarrages répétés. Pour moins de 30 secondes, mieux vaut laisser le moteur tourner.

5/ Faire chauffer son moteur. Au ralenti, la mécanique chauffe très lentement, consomme beaucoup (moteur froid) et pollue énormément, car le catalyseur n'a pas atteint sa température de fonctionnement. Les moteurs et les huiles modernes n'ont pas besoin de ce temps de chauffe. On peut considérer que le moteur est à bonne température quand l'aiguille de température d'eau a décollé du bas du cadran.

source Notre Temps

PLUIE DE PV

Isère : pluie de PV alors qu’ils ont vendu

la voiture.  


Agrandir l'image En juin 2009, Alain et Nadège ont vendu leur Renault Laguna via un site internet. Très vite, ils sont contactés par un Grenoblois qui devait partir au Zaïre quelques jours après.
Quelques mois après la transaction, ils reçoivent sept PV en un jour. C’est à partir de ce moment-là, que le couple s’est aperçu, que la voiture n’a jamais quitté le territoire. Le mois suivant, ils en ont reçu 26.
Ils sont parvenus à effacer une partie de l’ardoise en envoyant des copies de l’acte de vente ; mais bizarrement seule une partie des PV a été annulée.
Les PV ont continué d’affluer (une soixantaine au total) et Alain a même perdu un point sur son permis.

En mai 2010, ils ont porté plainte contre l’acheteur. En effet, ils ont appris qu’il aurait annulé la vente, en imitant leur signature, leur rendant de ce fait virtuellement la Laguna et la responsabilité des PV.
D’après les services de police, l’homme, qui ne vit plus en France, serait connu pour des faits d’escroquerie. C’est son cousin qui conduirait la voiture.

Ce couple attend avec impatience la fin de ce cauchemar.

Commentaire : toujours faire attention à qui on vend sa voiture !!! Et surtout, toujours bien informer la Préfecture de la cession : ce que négligent de faire beaucoup de personnes.

FAUX GENDARME

Beauvais : un faux gendarme pour ralentir

les chauffards ! 

 

Agrandir l'image Yvon Maury, un retraité habitant au hameau de Beauvais dans la Marne a eu une idée plutôt farfelue pour forcer les camions qui roulent à toute vitesse devant sa maison à lever le pied. Il a créé un mannequin qui,de loin, ressemble à un gendarme. Posé sur le bord de la N4, le mannequin a fait ses preuves : voitures et camions réduisent automatiquement leur vitesse à sa vue.

Les gendarmes ont rappelé à l’ordre le retraité car son astuce n’est pas légale. Il continue néanmoins à sortir son faux-gendarme de temps en temps.








Il y a quelque temps, c’était un retraité de Fréjus, dans le Sud de la France qui avait eu la même idée. Il avait alors installé un faux radar. Tout comme Yves Maury, les gendarmes lui ont demandé de le retirer.





 

Un véhicule polyvalent



Cet engin a obtenu les autorisations pour voler et

pour rouler sur

 

les routes et autoroutes américaines.

 

L'engin pourra se déplacer sur les routes américaines...
La société Terrafugia, qui fabrique le Transition, mi-voiture mi-avion, vient de recevoir l'autorisation de faire rouler son engin sur route et autoroute.

 

 

Elle avait déjà décroché, l’année dernière, l’agrément de la Federal Aviation Administration indispensable pour son utilisation comme aéronef. Lui manquait l’autorisation de se déplacer sur les voies terrestres. Le véhicule devait pour cela respecter les réglementations des services DOT (Department of Transportation) et NHTSA (National Highway trafic Safety Administration). Après un lobbying bien ciblé, les dérogations nécessaires ont été obtenues.

 

 

Initialement prévues à la fin de cette année, les premières livraisons de cette machine volante de 194 000 $ (146 000 €) ont été repoussées d’un an.

 

 

...et dans l'espace aérien américain.
Fondée par des élèves du MIT (Massachussets Institute of Technology), Terrafugia, basée à Boston, a conçu et fabriqué cette voiture volante destinée aux possesseurs d’un permis de conduire et d’une licence de vol.

 

 

Les ailes rétractables du Terrafugia Transition se replient à l'aide d'un simple bouton dans le cockpit, ce qui lui permet de circuler sur la route. Son moteur de 100 cv est utilisé sur terre comme dans les airs. Seul le système d'embrayage change. En mode voiture la Terrafugia Transition est une traction avant qui peut rouler jusqu’à 105 km/h.

 

Dans les airs, Transition peut déplacer 2 passagers sur 740 km à une

vitesse moyenne de 120 km/h. Les ingénieurs de Terrafugia ont effectué des simulations et maximiser la portance tout en minimisant les effets des vents latéraux sur route.
 

 

 

Jean-Pierre Genet ARGUS PROS

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site