NOUVEAUTES COMMENTAIRES AUTOMOBI

ENFIN LE RETOUR D'ALPINE ?

Enfin le retour d'Alpine ?

La Berlinette fête ses 50 ans cette année, une merveilleuse occasion de relancer la marque Alpine. Renault semble s'y être préparé ou, du moins, y réfléchit sérieusement. Mais rien n'est gagné pour autant.
alpine.jpg

Le grand retour d'Alpine était prévu pour vendredi. En effet, Renault devait dévoiler, lors du Grand Prix de Monaco, le concept Zar, annonciateur d'un éventuel retour de cette marque mythique disparue.

Mais il semble qu'une fuite soit venue contrecarrer les plans du constructeur puisque, depuis quelques heures, une photo, présentée comme ce fameux concept Zar, a envahi la Toile. Ce dernier marie le design du concept DeZir et la base technique d'une Mégane Trophy (propulsée par un V6 3,5 de 400 ch), le tout dans une livrée bleue "Alpine". Naturellement.

Une bonne nouvelle pour les nostalgiques des exploits de la Berlinette, bien que la résurrection d'Alpine ne soit pas pour autant assurée. En effet, ce come-back est devenu un serpent de mer. Mais, au milieu de toutes les rumeurs, il y a parfois de vrais projets...

Le dernier projet sérieux date de 2007-2008. Il avait finalement dû être abandonné en octobre 2008 car Nissan, indispensable à l'équilibre économique du projet, avait jeté l'éponge. Les deux partenaires semblent donc avoir relancé leurs travaux sur un futur petit coupé sportif. Tant mieux. Et rendez-vous vendredi à Monaco pour en savoir davantage.

Vous pouvez nous demander une recherche de modèles par le formulaire contact.

AUDI ACCUEILLE NAVTEQ

Audi accueille Navteq

Le spécialiste mondial des cartes routières prendra désormais part au projet Audi Urban Intelligent Assist. Il apporte ses connaissances et sa technologie dans le domaine des systèmes d'aide à la conduite.
art-13430-detail.jpg



Le projet Audi Urban Intelligent Assist (AUIA) compte un nouveau contributeur. Navteq a, en effet, été invité à s'associer à Audi et trois universités américaines en vue de faire avancer le développement des technologies connectées dans les automobiles. Sans surprise, Navteq a été sollicité pour ses données cartographiques.

 

Celles-ci détiennent, en effet, une information clé pour Audi : des données spécifiques pour les systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS), comme le tracé et la topographie. Quant aux universités, elles profiteront des données cartographiques telles que les limitations de vitesse, la modélisation des villes en 3D, les statistiques de trafic routier et le renseignement des points d’intérêt. L’objectif du concept AUIA étant d'élaborer un système aboutissant à la réduction des embouteillages ou encore à la sécurisation de la conduite, notamment en centre ville.

A terme, Audi souhaiterait mettre au point des véhicules qui auront en mémoire les destinations préférées, les itinéraires que les automobilistes ont le plus souvent parcourus et le temps nécessaire pour atteindre leurs destinations. Les recherches dans le cadre d'Audi Urban Intelligent Assist devraient se conclure en 2013, selon les plans du constructeur.

source JournalAuto.com


ECOMA toujours à votre service pour vous trouver ou vous proposer le véhicule de vos rèves : NEUFS OU OCCASIONS

PSA PERD DE L'ARGENT

PSA PERD DE L'ARGENT SUR L'ACTIVITE AUTOMOBILE

Le constructeur a présenté ce matin le bilan financier de son année 2011. Son bénéfice net est divisé par deux. La division automobile est dans le rouge.
Les années se suivent et ne se ressemblent pas. PSA était sorti du rouge en 2010, mais en 2011, le constructeur a replongé. Si son chiffre d'affaires a progressé de 7%, à 59 912 millions d'euros, son bénéfice net accuse un repli de 48%, à 588 millions d'euros, et son résultat opérationnel courant est quasiment divisé par deux également, à 1 315 millions d'euros.

Cette contreperformance s'explique très largement par les pertes de la division automobile du groupe. Ce sont d'ailleurs les très bons résultats de Faurecia, Gefco et Banque PSA Finance qui ont contribué positivement au résultat opérationnel : 1 406 millions d'euros de profits pour les trois filiales réunies, contre 92 millions de pertes pour l'automobile (lire tableau ci-dessous).

Résultat opérationnel courant par division (en millions d'euros)
2010 S1 2011 S2 2011 2011
Automobile 621 405 -497 -92
Faurecia 456 340 311 651
Gefco 198 143 80 223
Banque PSA Finance 507 274 258 532
Autres activités et éliminations 14 -5 6 1
PSA Peugeot Citroën 1 796 1 157 158 1 315

Selon Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën, c'est la dégradation de l'environnement opérationnel, intervenue de manière très remarquable au second semestre, qui explique les baisses de revenus de l'activité automobile. L'impact est chiffré à 1,044 milliard d'euros par le constructeur.

Difficultés multiples
Avec 38% de ses ventes dans les segments A et B, soumis à une « très forte pression sur les prix », et 58% de ses ventes réalisées en Europe, où la conjoncture est mauvaise, le constructeur a souffert d'un mix produit et d'un mix pays défavorable, malgré un chiffre d'affaires en hausse de 3,2% à 42 710 millions d'euros.

PSA a également affronté des difficultés d'approvisionnements suite à la catastrophe japonaise de mars, mais aussi à l'arrêt des livraisons de son fournisseur Agrati. La flambée des prix des matières premières est également venue grever ses comptes...

L'ensemble de ces facteurs négatifs a complètement annulé les bénéfices, pourtant réels (lire tableaux ci-dessous), de la stratégie de montée en gamme et de globalisation du constructeur.

Amélioration du mix produit
2009 2010 2011
Segments C&D 38% 40% 43%
Segments A&B 46% 43% 38%
Premiums* 9% 13% 18%
* modèles distinctifs des segments A, B et C (Peugeot 207CC, 308CC, RCZ, 3008 et Citroën DS3, DS4) et modèles des segments D et E (Peugeot 508, 407, 607,4007, Citroën C5, C6, DS5 et C-Crosser)

Ventes de PSA hors d'Europe
2009 2010 2011 Variation 2011/2010
Chine 272 200 375 700 404 400 7%
Amérique latine 232 300 294 300 325 800 11%
Russie 40 500 55 500 74 800 34%

Pour cette année, les perspectives restent incertaines et PSA n'a pas dévoilé d'objectifs chiffrés. Mais selon Philippe Varin, l'impact du coût des matières premières et de l'environnement externe restera négatif sur les comptes. Sur le marché européen, où le groupe a écoulé 42% de ses volumes en 2011, le constructeur prévoit un repli de 5%.

Tour de vis
Dans ce contexte, PSA confirme sa stratégie de développement à l'international (le constructeur compte réaliser 50% de ses ventes hors d'Europe en 2015, 66% en 2020) et de montée en gamme. Mais PSA va restreindre drastiquement ses dépenses pour freiner les pertes financières. Objectif : désendetter le groupe avec un plan d'action sur les liquidités.

Dans une volonté de hiérarchisation des investissements, le groupe annonce déjà qu'il reporte ses projets d'augmentation de capacités, révise son calendrier d'implantation en Inde et arrête ses « projets les moins profitables »... sans pour l'instant davantage de précisions.

Un plan d'économie à un milliard
Les mesures de réduction des coûts pour 2012, annoncées en novembre dernier et qui devaient s'élever à 800 millions d'euros, atteindront en fait le milliard.

Sur les achats, les économies doivent atteindre 400 millions d'euros et sur les frais fixes, 600 millions d'euros (contre 400 millions annoncés en novembre). Dans le détail, 300 millions d'euros seront "coupés" sur les frais généraux et commerciaux, 100 millions sur les dépenses de R&D et 200 millions d'euros sur les activités industrielles.

PSA cédera également 1,5 milliard d'euros d'actifs en 2012. Le 1er février, le groupe a finalisé la vente de son activité de location, National Citer, pour 440 millions d'euros. Le groupe va également ouvrir le capital de Gefco et réaliser des opérations financières sur ses actifs immobiliers, dont un leaseback sur son siège à Paris, pour récupérer du cash.
source L'Argus
ECOMA vous assiste dans la recherche et dans l'achat de votre véhicule au meilleur prix. Spécialisé dans les marques allemandes, il commercialise toutes les marques y compris les marques françaises. Recherche du meilleur rapport qualité/prix sur toute l'Europe en véhicules neufs et occasion. Voir les véhicules proposés actuellement en suivant ce lien : ECOMA

LES PLUS SURS DE 2011

L'Euro NCAP vient de dévoiler les cinq modèles les plus sûrs de 2011. Palmarès.
argus.jpgSi vous êtes l’heureux propriétaire d’un Audi Q3, d’une Chevrolet Aveo, d’une Ford Focus, d’un Mercedes Classe B ou d’une Volvo V60, vous possédez l’un des cinq modèles les plus sûrs du marché, selon l’Euro NCAP.

La voiture idéale serait un mix pour la protection conducteur, de la Classe B, pour celle des enfants, de l’Aveo, pour celle des piétons, de la Focus et pour les équipements de sécurité, de la V60. A l’autre bout du podium, on trouve le Dacia Duster qui n’a que trois étoiles ou la triplette électrique Citroën CZéro/Peugeot iOn/Mitsubishi i-Miev qui atteint péniblement les quatre étoiles.
Source l'Argus
Vous recherchez un de ces modèles ? ECOMA à votre service et pour une recherche personnalisée : Notre mail

LE CASSE TETE ELECTRIQUE

Le casse-tête des infrastructures de recharge pour véhicules électriques  

Le décollage du marché grand public du véhicule électrique passe par l'installation de prises de recharge. Encore faut-il trouver la juste mesure.
 L’abondance de l’offre de modèles à zéro émission ne sera pas suffisante pour faire décoller le marché des véhicules électriques. Il faut qu’en amont, les infrastructures de recharge soient effectivement en place, pour que l’automobiliste se décide à franchir le pas. Il faut en même temps l’œuf et la poule pour que la couvée prospère. Les Pouvoirs publics auront donc un rôle majeur dans la révolution automobile qui s’annonce. C’est l’une des constatations du Forum sur l’électromobilité qui s’est tenu à Equip’Auto, le 11 octobre dernier.
 

electrique.jpg

150 modèles électriques dans cinq ans

Quelque 70 modèles de véhicules électriques sont déjà homologués en Europe, on devrait en compter 150 dans cinq ans. Tous les constructeurs ont un intérêt majeur à disposer de modèles zéro émissions, pour parvenir à atteindre l’objectif européen d’abaisser de 15% les émissions de CO2 d’ici à 2015…sous peine de dissuasives amendes.
Selon plusieurs études concordantes, 1% à 2% des automobilistes, principalement de jeunes urbains, sont prêts à franchir le pas. Ces pionniers de l’électrique, dont on  dit qu’il  s’agit pour nombre d’entre eux de « bobos », sont prêts à accepter les handicaps des premiers véhicules électriques (l’autonomie réduite et surtout le surprix) à la condition évidente qu’ils puissent disposer d’une prise de recharge sur le lieu de leur parking.
Selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte auprès de 4600 automobilistes de sept pays européens, 57% des sondés ne veulent pas surcoût et 33% sont prêts à accepter un surcoût allant jusqu’à 1500 euros. Les deux tiers des sondés considèrent sérieusement le véhicule électrique si le prix des carburants venait à dépasser 2 euros le litre. Le marché potentiel existe donc.
 
7500 stations de recharge en 2012
En amont, à ce stade, l’offre d’électricité sera largement suffisante, puisque les deux millions de véhicules électriques et d’hybrides rechargeables que comptera le parc français dans quelques années, ne représentera que 1% d’électricité supplémentaire consommé. « Le problème, dans l’immédiat ne viendra donc pas de la capacité de produire de l’électricité, estime Jean-Louis Legrand, coordinateur interministériel  pour le véhicule électrique. Il se situera localement, dans la possibilité ou non de distribuer différemment le courant de basse tension. » C’est là que devront intervenir les Pouvoirs publics.  L’obligation, à partir du 1er janvier prochain, pour les plans de construction d’immeubles de prévoir un gainage pour l’installation de prises de recharges est une première réponse. Pour faire émerger le marché, il faut en effet installer un dispositif de recharge sur le lieu de
parking principal. Pour les Pouvoirs publics (Etat, municipalité, région, etc…), l’exercice n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît  car il faut bien dimensionner l’infrastructure. Une place réservée pour un véhicule électrique n’est plus disponible pour les autres véhicules. Le casse-tête pour les possesseurs de bons vieux véhicules thermique est peut-être à venir…
La France devrait compter 7500 points de recharge en 2012 répartis dans 600 stations. On estime que la recharge rapide ne sera que marginal, mais un minimum de stations est indispensable… pour rassurer l’automobiliste et le décider à  franchir le pas.
 
                                                          
Jean-Pierre Genet

MESURES CONTRE LES VEHICULES ABANDONNES

Véhicules abandonnés dans les garages : le CNPA obtient gain de cause

 
Justice - 18/05/2011

Véhicules industriels, voitures, deux-roues... désormais tous les véhicules seront logés à la même enseigne. Les professionnels pourront s'en débarrasser plus rapidement.

Promoteur de cette réforme, le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) est satisfait. L'article 29 de la loi de simplification et d'amélioration de la qualité du droit parue, aujourd'hui 18 mai 2011 au Journal Officiel, modifie le régime des véhicules abandonnés.  

 

 


Photo Etienne Legrand.
Les professionnels de l'entretien et de la réparation automobile, du véhicule industriel et du deux-roues étaient confrontés à un problème  lorsqu'un propriétaire abandonnait son véhicule dans leur garage. Ils devaient attendre un délai de 6 mois pour pouvoir revendre le-dit véhicule aux enchères publiques.

 

 

En plus, les cycles et motocycles étaient exclus de ce dispositif. Le délai qui leur était appliqué s'étandait sur une année pleine. Quant aux véhicules industriels, aucun texte ne réglait le problème de leur abandon.

 

Outre les coûts engendrés par la procédure judiciaire, cet état de fait encombrait les ateliers. Le CNPA a donc proposé aux parlementaires et ministres concernés un amendement qu'ils ont accepter de voter.

 

Il permet désormais :

  • de réduire de moitié ( 6 à 3 mois ) le délai à respecter avant d'entamer une procédure;
  • d'ouvrir ce régime aux deu- roues ainsi qu'aux véhicules industriels.

 

 

souce ARGUS PRO

 

RENAUL TWIZY : électrique

Annuaire de sites francophones en liens durs pour un meilleur positionnement

Renault Twizy : le bon format électrique ? 

Electrique - 06/04/2011

 

 

 
Encombrement de micro-citadine pour le prix d'un tricycle de grosse cylindrée : l'essai est osé et Renault propose une voiture électrique de poche. L'argus vous donne ses premières impressions.

à partir de 6 990 €
Location de la batterie : 45 € TTC/mois
Disponible fin 2011

 

 



  

Le postulat annoncé de Renault était de faire de la Twizy un véhicule électrique destiné au plus grand nombre. Pour cela, le constructeur a travaillé sur le projet d’un quadricycle électrique de faible encombrement qu’il déclinera en deux puissances pour un même moteur.

 

La Twizy 45 sera limitée à… 45 km/h, et destinée à un large public. Elle sera conduisible dès 16 ans avec un brevet de sécurité routière.

 

 

 

La seconde, baptisée « 80 » permettra, via sa gestion moteur, de rouler à 80 km/h. Pour la conduire, le permis B sera donc nécessaire.

 

Pratique

En fait, Renault exploite les avancées actuelles en matière de propulsion électrique pour proposer un véhicule strictement urbain. Les vitesses sont en adéquation avec la circulation et l’autonomie annoncée (100 km) correspond aux réalités d’un usage quotidien.

 

 

Selon Christophe Ambroggi, chef de produit chez Renault, « la Twizy est un véhicule multifonctionnel. Le “45” correspond aux besoins de déplacements des membres d’une famille en âge de le conduire. Le “80” s’adresse à des jeunes adultes urbains et dynamiques qui ne sont pas prêts à faire de compromis en termes de confort pour leurs déplacements quotidiens ».

 

 

La Twizy répond donc en grande partie à ces préoccupations. En outre, elle a été pensée pour être pratique. Elle dispose aussi d’une place en tandem, derrière le conducteur, « pour transporter occasionnellement un passager » précise le constructeur.

 

 

     Par ailleurs, il est possible de la recharger quasiment partout. Équipée d’une classique prise domestique, la Twizy peut être connectée au réseau électrique de son domicile ou sur une borne publique. Renault an­nonce des partenariats avec différents acteurs du secteur privé, comme l’enseigne E. Leclerc, qui devrait proposer à sa clientèle des bornes sur les parcs de stationnement de ses hypermarchés.   

 

 

Mais tout n’est pas parfait. En cas de décharge complète, 3 h 30 sont nécessaires pour faire le « plein », aucune charge rapide n’étant possible. De la même façon, le câble de rechargement ne mesure que 3 mètres

 

Electrique dynamique

Une fois installé au volant l’usager retrouve des commandes traditionnelles. Toutefois, la Twizy propose un volant et des commodos automobiles là où on attend un guidon. Le nombre des instruments de bord est réduit au minimum. Le cadran affiche la vitesse instantanée, le « rapport » enclenché, l’état de la batterie et l’autonomie restante.



Sous et derrière la place arrière sont dissimulés deux coffres, dont la capacité peut évoluer de 28 l à 50 l. Pour parvenir à ce volume, il suffit de simplement retourner le bloc « assise/dossier ».

Pour démarrer, il suffit de tourner le contact, mais là le silence est total. Il faut ensuite sélectionner son mode de roulage, marche avant ou arrière, et appuyer sur la pédale d’accélérateur afin que la Twizy « décolle ».

 

 


Dès les premiers tours de roues, elle révèle un caractère dynamique que ne laisse pas présumer son air de jouet pataud. Le quadricycle file vivement, collant littéralement au bitume grâce à la répartition des masses au niveau bas du châssis, notamment les batteries. La hauteur de sa carrosserie n’est en aucun cas gênante.

 

Les enchaînements de virages, même à vive allure, se font sans appréhension. La conduite sur route se révèle même ludique. Certes, il faut faire fi des attraits « plaisirs » d’un moteur thermique, mais le fait de se faire propulser d’une poussée unique de 0 à 80 km/h est une sensation à découvrir.

 


 

 

À basse vitesse, les manœuvres ne sont pas aisées du fait de l’absence de direction assistée sur le prototype d’essai. Et si le gabarit ne permettra jamais de se faufiler dans la circulation, comme avec un scooter, il devrait être possible de se jouer de certains embouteillages avec plus de facilité qu’avec une voiture, fût-elle une micro-citadine du type Smart. Mieux, le stationnement transversal à la chaussée est aisé et sans risque.

Dans un premier temps, la Twizy 80 sera privée de voies rapides, hormis le périphérique. La législation française en interdit l’accès aux quadricycles

 

 

 

 

Bilan

 

Commercialisé à moins de 7 000 euros, la Twizy se positionne à un tarif moins cher que le Piaggio MP3 LT 300 (7 299 €), voire qu’une micro-citadine d’occasion (Toyota Aygo, Citroën C1…), tout en offrant la protection de ces dernières et le moyen de circuler sans aucun rejet polluant.

 

 

 

 

 

 

Le constructeur propose donc un véhicule électrique unique sur le marché, dans un format séduisant, mais aussi limité. La Twizy saura-t-elle alors trouver son public ? Réponse à la fin de l’année.

 

 

 


On aime
  • Autonomie
  • Performances
  • Comportement routier
  • Tarifs

On regrette
  • Volume des rangements arrière
  • Remontées de file impossible
  • Seconde place d'appoint
  • Bornes électriques rares


 

Fiche technique

 

DIMENSIONS
Jantes de référence                                                                 13 pouces
Longueur (mm)                                                                              2 320
Largeur (mm)                                                                                1 191
Hauteur (mm)                                                                                1 461
Empattement (mm)                                                                        1 684
Voie avant / arrière (mm)                                                   1 050 / 1 036
Porte-à-faux avant / arrière (mm)                                            292 / 345
Poids à vide (kg)                                        450 (dont 100 kg de batteries)
Pneumatique de référence                  125x80 R13 (AV) / 145x80 R13 (AR)

 

MOTEUR
Type de moteur                                                                       Électrique
Transmission                        Directe avec réducteur et inverseur AV / AR

Puissance maxi continue CEE
Version 45km/h – Version 75km/h                    4 kW / 5 ch - 8 kW / 10 ch


Puissance maxi crête CEE
Version 45km/h – Version 75km/h                 7 kW / 9 ch -  15 kW / 20 ch


Couple maxi CEE (Nm)                                                                         57


BATTERIE
Type de batterie                                                                    Lithium-ion
Autonomie sur cycle normalisé (km)                                                   100


PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h)                                                                     45 - 80

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site