"Le côté décarboné du tout électrique est un Mythe"





"Le côté décarboné du véhicule électrique est un mythe"









 


Economie /  Véhicules électriques - 16/06/2011

Le centre d'analyse stratégique a publié un rapport accablant pour les véhicules électriques qu'il vient d'adresser au Premier ministre.

Un marché de niche dont les avantages écologiques sont loin d'être démontrées : les conclusions du « centre d'analyse stratégique » rendues publiques dans un rapport baptisé « la voiture de demain : carburants et électricité » ne sont pas tendres avec le véhicule électrique. Après avoir déjà lancé des propositions au Premier ministre pour parvenir à un futur automobile plus vertueux en matière d'environnement (lire les principales propositions ici), le CAS dresse un bilan peu glorieux du tout électrique.

 

Ainsi selon cette étude, les données économiques (hors aides publiques) sont en défaveur du véhicule électrique par rapport au véhicule conventionnel équivalent, même si l’on prend en compte les effets d’échelle en cas de succès.

« Dans la plupart des cas, le véhicule tout électrique sans batterie n’est pas moins cher que son équivalent thermique et le surcoût des batteries (achetées ou louées) est très difficilement compensé par les coûts de fonctionnement moins élevés, même en tenant compte de l’aide actuelle de 5 000 euros en France (plafonnée à 20 % du prix du véhicule, batterie comprise). Avec les offres commerciales affichées début 2011, le coût de revient kilométrique d’un véhicule électrique apparaît entre 20 % et 100 % plus élevé que celui d’un véhicule conventionnel à usage équivalent, ce chiffre dépendant énormément du nombre de kilomètres parcourus à l’année », affirme le CAS.

Ainsi, en dehors de quelques niches, le marché « grand public » des véhicules tout électriques aura du mal à se dessiner. En d’autres termes, le CAS voit mal l’horizon à partir duquel le véhicule tout électrique deviendrait moins cher que les véhicules thermiques équivalents.

 

Les insuffisances des véhicules tout électriques

• Vitesse de pointe, suffisante pour rouler en ville et sur route, mais très inférieure à celle des véhicules thermiques comparables.
• Volume du coffre plus petit, en raison du volume des batteries placées pour l’instant sous le plancher.
• Durée de vie des batteries insuffisamment connue.
• Sécurité des batteries qui n’est pas encore totalement assurée

• Durée de recharge standard (entre 5 et 8 heures sur une alimentation à 220 volts, le double en 110 volts) qui impose une contrainte nouvelle concernant à la fois la gestion du temps d’usage, le mode d’approvisionnement électrique et la disponibilité immédiate du véhicule.

• Autonomie limitée : ce qui constitue le handicap le plus lourd du véhicule tout électrique. La consommation reste très difficile à prévoir car elle dépend du mode de conduite, de la vitesse, de la pente de la route, de la vitesse du vent, de la température extérieure (pour le chauffage et la climatisation) et de l’utilisation des accessoires (éclairage, essuie-glaces, radio, etc.).

 

 

Source l'ARGUS PRO

 

automobiles automobile import auto voiture automobil importateur auto Mandataire automobile automobile d'occasion automobile occasion annonce automobile NEWS AUTOS NOUVEAUTES AUTOS voiture occasion voiture d occasion

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. Jean-Marc PERLOT d'ECOMA 22/06/2011

Surproduction d'électricité, certainement. Les énergies fossiles s'amenuisant comme on le sait, à terme ce n'est pas sûr que l'éolien pourra compenser ou alors notre Terre va ressembler à un vaste champ d'ailes tournantes... Pas très gai pour les générations futures !
Et que penser des futurs tarifs de l'électricité ? Le manque à gagner par les états sur les taxes appliquées sur le carburant va devoir être compensé d'une manière ou d'une autre et je pense que cela va donner de belles surprises au final !

2. voiture occasion belgique (site web) 19/06/2011

Merci pour cet article qui fait tomber un peu les apriori.
Une question que je me pose également c'est, comment sont retraités les batteries une fois usées, et quid de la surproduction de courant électrique que les voitures vont demander. Des usines nucléaires en plus ?
J'ai peur que la voiture électrique ne soit pas la meilleurs solution pour régler les problèmes de pollutions. J'ai plutôt l'impression qu'on déplace le problème le plus urgent en en créant un autre qui sera tout aussi urgent dans peu de temps.

3. voiture occasion belgique (site web) 19/06/2011

Merci pour cet article qui fait tomber un peu les apriori.
Une question que je me pose également c'est, comment sont retraités les batteries une fois usées, et quid de la surproduction de courant électrique que les voitures vont demander. Des usines nucléaires en plus ?
J'ai peur que la voiture électrique ne soit pas la meilleurs solution pour régler les problèmes de pollutions. J'ai plutôt l'impression qu'on déplace le problème le plus urgent en en créant un autre qui sera tout aussi urgent dans peu de temps.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site