Régulateurs et Limiteurs : s'en servir sans danger

  • Par ecoma
  • Le 01/06/2011
  • Commentaires (0)

 

Régulateurs et Limiteurs :

 

s'en servir sans danger

 

Par Jean Savary le 26/05/11
Régulateurs et limiteurs de vitesse : s'en servir sans danger
Utilisés pour respecter les limitations ou pour avoir une conduite plus reposante, les régulateurs et limiteurs de vitesse présentent des risques si l'on ne sait pas bien s'en servir.
On confond souvent régulateur de vitesse et limiteur de vitesse. Si leur mode d'emploi est le même (parvenu à l'allure désirée, il suffit d'appuyer sur un bouton), leurs fonctions sont à l'opposé.

Le régulateur maintient une vitesse minimum et permet de lâcher l'accélérateur.

Le limiteur garantit une vitesse maximum en empêchant d'accélérer.

Sur les Renault et Mercedes et certaines Peugeot et Citroën, ces deux fonctions coexistent, actionnées par le même bouton qui peut être basculé sur l'une ou l'autre.

Avec le régulateur activé, lorsqu'on veut effectuer un dépassement, il suffit d'accélérer et la voiture reprend d'elle même sa vitesse de croisière une fois que le conducteur relâche la pédale. Le régulateur se déconnecte automatiquement au changement de vitesse ou au freinage et ne se réactive que par une nouvelle pression sur le bouton de sélection.



• Le limiteur, moins confortable mais plus sûr

À l'inverse, le limiteur empêche d'accélérer au delà de la vitesse choisie. En-dessous de l'allure choisie, la voiture se conduit tout à fait normalement, changement de vitesse ou freinage ne déconnectant pas le système. En cas de dépassement, il suffit de forcer la résistance de la pédale pour accélérer au-delà de l'allure choisie ou de déconnecter manuellement le système.

Moins relaxant que le régulateur car il impose de conserver le pied droit sur l'accélérateur, le limiteur est néanmoins reposant sur un long trajet. Le pied droit ne se crispe plus à doser la pression sur l'accélérateur. Celui-ci sert alors de repose-pied.



• Les pièges et nos conseils

- Le principal risque du régulateur est de s'emmêler les pédales. En cas de ralentissement imprévu, le pied droit au repos peut avoir du mal à trouver le frein, riper dessus ou appuyer en même temps sur l'accélérateur.

Autre danger, après avoir longuement conduit en dépassant la vitesse choisie : se faire surprendre en cas de décélération par le fait que, revenue à l'allure programmée, la voiture cesse de ralentir. Il faut alors avoir le réflexe immédiat de freiner ou de déconnecter le système.

- Avec le limiteur, le danger est d'être bridé dans son accélération en plein dépassement pour avoir oublié la mise en fonctionnement du système. Dans ce cas, le bon réflexe dans ce cas est de forcer la résistance de la bride en mettant brutalement le pied au plancher.

Le régulateur et dans une moindre mesure le limiteur favorisent la somnolence en dispensant le conducteur de gérer sa vitesse. Il faut avoir la sagesse de ne jamais les utiliser pour s'affranchir de la pause toutes les deux heures. 

Le risque est aussi d'être moins attentif et de moins bien adapter son allure aux changements de condition de circulation.


• Marge d'erreur  : attention aux radars

Régulateur et limiteur ne mettent pas forcément à l'abri des radars, pour deux raisons :

- En descente, hormis sur certains modèles haut de gamme, ils n'activent pas les freins et ne peuvent empêcher la voiture de dépasser la vitesse définie si la pente excède les possibilités du frein moteur.

- Aussi, beaucoup de conducteurs tablent sur les marge d'erreur du compteur et du radar pour rouler un peu au-delà des limitations. Gare, sur certains modèles - Citroën Picasso et C4 notamment – le compteur peut être exact au kilomètre/heure près. Et une marge d'erreur fonctionne dans les deux sens…

 

source NOTRE TEMPS.

 

COMMENTAIRES ECOMA :

  • le régulateur de vitesse est très efficace sur autoroute ou voie rapide ; en le maîtrisant parfaitement, il est très aisé de diminuer ou d'augmenter la vitesse de croisière afin de respecter les différents changements en cours de route (travaux, vitesse limitée à 110 au lieu de 130 aux contournements des villes etc...)
  • le limiteur est plus approprié sur les périphériques, dans les villes, sur les routes de campagne ; il est à noter que certains limiteurs signalent simplement le dépassement de la vitesse par une alarme sonore (pas toujours audible si la radio fonctionne). Dans ce cas, il faut bien avouer que son intérêt est moindre.
  • il faut savoir également qu'aucun compteur kilométrique n'est juste ; pire, cela varie d'un constructeur à l'autre. Le conseil : vérifier à l'aide de son GPs l'écart entre la vitesse réelle affichée par celui-ci et celle affichée au compteur. Pour exemple, les compteurs Mercédès sont bien en dessous des vitesses réelles (138 km/h pour 130 Km/h réels).
  • il serait judicieux de demander la mise en conformité des compteurs kilométriques des véhicules avec la vitesse réelle surtout en ces périodes de contrôles très sévères et très onéreux ; tous les automobilistes ne possédant pas un GPS.
  • le régulateur et le limiteur devraient équiper systématiquement tous les nouveaux modèles de toutes les marques sans surcoût sur le prix final du véhicule car ce ne sont pas des accessoires optionnels mais bien des accessoires de sécurité routière ; les associations réclamant toujours plus de sévérité devraient s'en inspirer plutôt que penser répression.


news automobiles automobile automobil importateur auto Mandataire automobile automobile d'occasion automobile occasion import auto voiture annonce automobile

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site